Dialogue National piloté par une autorité indépendante : Le pouvoir cède à la pression de l’opposition.

L’opposition obtient gain de cause concernant les conditions de la tenue des concertations nationales entre les différents partis qui composent la scène politique. Les travaux du dialogue national qui auront lieu le 28 mai seront dirigés par une commission cellulaire indépendante.
C’est ce qui ressort de la rencontre préparatoire entre la majorité présidentielle, une branche de l’opposition, le pôle des non-alignés et des membres de la société civile. « Aujourd’hui, au niveau de la majorité, nous sommes d’accord avec la proposition de l’opposition de choisir une personnalité indépendante, a d’emblée affirmé Cheikh Sarr, porte-parole du jour du pôle de la majorité présidentielle. Pour le conseiller économique social et environnemental, « ce qui sort de cette réunion, c’est que tout le monde a affiché sa disponibilité à dialoguer dans l’intérêt exclusif du Sénégal. En outre, il réaffirme la position du camp au pouvoir qui considère que le fichier ne souffre d’aucune irrégularité, mais peut-être amélioré pour aboutir à des conclusions consensuelles.

Malgré l’absence de plusieurs membres de l’opposition, la réunion s’est normalement déroulée avec la présence des non-alignés. Diéthié Faye était leur porte-parole. « Nous avons pu, il faut s’en féliciter, nous entendre sur la nécessité de confier la direction des travaux à une personnalité réputée indépendante qui pourrait être assistée par deux autres personnes indépendantes, pour conduire les travaux et permettre de restaurer un peu la confiance entre les acteurs politiques », a confié Diéthié Faye, coordonnateur du pôle des non-alignés. À l’en croire, la majorité présidentielle a fait preuve de maturité en acceptant les pré-requis exigés par les autres parties prenantes à ces concertations.

La société civile quant à elle, a aussi été représentée lors de cette rencontre. De l’avis de Valdiodio Ndiaye, expert électoral, la mission de la société civile se résume à rapprocher davantage les positions des acteurs politiques en vue de créer un cadre de dialogue concerté et franc. « Aujourd’hui, nous sommes dans une donne dynamique (…) Nous, au niveau de la société civile, nous travaillons pour la facilitation de ce dialogue politique. Il y aura des points de convergence extrêmement forts, qui vont pousser l’opposition à revenir à la table des négociations, et, parmi les conditionnalités qui ont été posées, a confié le porte-parole du jour de la société civile.
Reste maintenant à savoir la composition exacte de cette commission indépendante chargée de diriger ses travaux et la limite de leurs prérogatives.
dakaractu

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
7 + 11 =