127 banques et 18 établissements financiers recensés dans l’Uemoa en 2018, selon un rapport de la Bceao

Le rapport fait une synthèse des évolutions des conditions de banque constatées au cours de l’année 2018. Il présente un aperçu de l’environnement de la politique monétaire en 2018 et du paysage bancaire de l’Union. Il retrace, ensuite, les montants des crédits bancaires octroyés au cours de l’année et les taux d’intérêt débiteurs appliqués. Enfin, le rapport analyse les dépôts à terme effectués par la clientèle des banques et les taux d’intérêt créditeurs. Lire le résumé.

Le paysage bancaire dans l’UEMOA a été marqué en 2018 par l’augmentation de l’effectif des banques d’une unité par rapport à l’année précédente, portant ainsi le réseau bancaire de l’Union à 127 banques. Cette situation traduit l’installation de deux nouvelles banques au Burkina et au Mali et la fermeture d’un établissement bancaire au Bénin. Quant aux établissements financiers, leur effectif est resté inchangé à 18 unités.

Le niveau moyen des liquidités offertes aux banques par l’Institut d’émission dans le cadre des adjudications hebdomadaires s’est établi à 3.117,0 milliards contre 3.031,7 milliards en 2017, soit une hausse de 2,8%. Le taux moyen pondéré desdites opérations est ressorti en hausse, passant de 3,60% en 2017 à 3,88% en 2018. Sur le guichet des adjudications mensuelles, le montant moyen des avances accordées est passé de 788,8 milliards en 2017 à 710,7 milliards en 2018, soit un repli de 9,9%. Le taux d’intérêt moyen sur ce marché a également augmenté, se situant à 3,98% en 2018, contre 3,90% en 2017.

Après une stabilité en 2017, le taux d’intérêt débiteur moyen des crédits dans les pays membres de l’UEMOA a renoué avec sa dynamique baissière observée depuis 2010. Le coût de crédit est ainsi passé de 6,92% en 2017 à 6,79% en 2018, soit une diminution de 13 points de pourcentage. Sur les neuf dernières années, les taux débiteurs ont chuté de 177 points de base.

La baisse de taux débiteur moyen est constatée dans la plupart des pays de l’Union en 2018. En effet, le coût de crédit a diminué au Niger (-45,7 points de base), en Guinée Bissau (-20,1 points de base), au Mali (-12,9 points de base), au Bénin (-10,2 points de base), en Côte d’Ivoire (-9,0 points de base) et au Sénégal (-8,7 points de base). Par contre, une augmentation a été notée au Burkina (+22,4 points de base) et au Togo (+6,4 points de base).

L’offre de nouveaux crédits bancaires dans l’Union s’est inscrite en hausse en 2018, dans le prolongement de la tendance observée au cours des dernières années. Le montant des crédits mis en place est ressorti à 14.849,1 milliards, contre 12.633,2 milliards en 2017, soit une hausse de 17,5%. Le montant de crédit à l’économie sur le produit interne brut est passé de 31,5% en 2017 à 31,7% en 2018.

Au cours de la période sous-revue, les montants des nouveaux dépôts à terme sur les places de l’Union ont enregistré un repli de 15,1 points de pourcentage par rapport à l’année précédente. Le cumul des nouveaux dépôts à terme est passé de 8.396,2 milliards en 2017 à 7.130,3 milliards en 2018.
Equonet

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
25 + 11 =